Etat des lieux de la publicité digitale : Adblock, Native Advertising et plan média

0
3750
Etat des lieux de la publicité digitale : Adblock, Native Advertising et plan média (SEA)

Depuis 2013, les internautes français semblent saturés par la publicité et Google Trends enregistre une évolution majeure du nombre de recherche liées à l’Adblocking

Nous estimons aujourd’hui qu’il y a dans le monde près de 200 000 internautes ayant fait le choix de bloquer les publicités qui pouvaient, jadis, venir envahir son écran. Ceci est un coup porté sur le SEA, qui doit s’adapter afin de rester rentable.

Vers une augmentation croissante de l’Adblocking ?

77% des utilisateurs d’Adblockers culpabilisent à l’idée de détruire des sites qu’ils apprécient. Ils paramètrent entre 1 et 4 exceptions selon une étude de Glady soumise à 243 utilisateurs et venant d’être publiée.

  • 58,5% affirment vouloir soutenir le site internet en question
  • 41% craignent que le site perde des fonctionnalités
  • 0,5% confirment que les publicités proposées leurs rendent service

En somme, les internautes ne trouvent pas les publicités utiles pour eux. Mais ils sont prêt à les subir de peur de participer au déclin de leur site web favori…

Le native advertising, une réponse sur mesure pour le modèle Français

Enregistrant plus de 27% des utilisateurs d’adblocker au monde, les marketeurs de France doivent répondre au problème.

  • Il est un fait bien connu, la transformation digitale ouvre aux entreprises de nouvelles perspectives d’échanges avec leurs écosystèmes (fournisseurs, concurrents, prospects, clients…).
  • Les médias sont différents, plus sociaux, ils amènent les utilisateurs à se livrer et donne à la marque des possibilités d’être vue d’un nouveau genre.
  • La data permet de mieux connaître ces mêmes utilisateurs et peut orienter la marque vers les motivations et les besoins de ses abonnées.

En somme, le numérique permet aux marques de proposer un contenu flexible, adapté à une cible plus connue que jamais. Cette cible voit naître le native advertising, une publicité se voulant plus naturelle. Celle-ci est presque innée car en lien direct avec l’activité de l’annonceur et le besoin des clients.

L’IFOP (institut français d’opinion publique) pour Adyoulike (leader francais du native advertising) s’est penché sur le sujet et a interrogé plus de 1000 personnes de plus de 18 ans,

Seulement 29% des interrogés situent qu’il s’agit d’une publicité au premier regard.

  • 75% jugent que les publicités sont mieux intégrées au site,
  • 42% pensent que le nombre de clic est plus probant dans le cas de native advertising,
  • 40% considèrent (pour eux les premiers) que la publicité est plus intéressante

Annonceurs ? Trois étapes pour un plan média sans faute

L’affinité est sans aucun doute maîtresse plus que jamais maîtresse en matière de publicité digitale. Et pour vous guider, rien de tel que la Data.

1 – Lorsque je veux faire de la publicité en ligne : je fais des recherches approfondies sur les utilisateurs des sites internet pressentis.

2 – Lorsque j’ai déterminé les médias sur lesquels je veux apparaître : je croise les informations relatives à la fréquentation et les statistiques du site.

3 – Lorsque je comprends les usages des utilisateurs et la politique du site : je propose un contenu publicitaire non-agressif, non-intrusif, informatif et créatif. Ce contenu, en un mot : natif. 

Il devra répondre à mes codes et ceux du site internet support afin de pouvoir être naturellement en accord avec les attentes des utilisateur. En effet, il doit faire une transition naturelle entre l’univers du site support et le mien.

Manon Peytavin


Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos connaissances pouvant être intéressées 🙂